ONU, BAD, BEI : MAScIR suscite l’intérêt

Une délégation de représentantes des grandes institutions que sont l’Organisation des Nation unies (ONU), la Banque africaine de développement (BAD), l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et la Banque européenne d’investissement (BEI), ont visité les laboratoires de la fondation MAScIR, et ce, après avoir pris connaissance des travaux de recherche menés par la fondation et échangé avec les chercheurs.

Dans le détail, cette délégation était composée de Sylvia Lopez-Ekra, coordinatrice résidente des Nations unies au Maroc, ainsi que de Leila Farah Mokaddem, Hanan Hanzaz, Maryam Bigdeli et Anna Barone, respectivement représentantes pays au Maroc de la BAD, de l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel, de l’OMS et de la BEI. Les membres de la délégation ont exprimé leur volonté d’initier avec MAScIR un dialogue plus élargi, et de bâtir un partenariat institutionnel et multiforme permettant de valoriser l’expertise de la fondation dans le soutien aux secteurs privés et productifs du continent africain, souligne un communiqué de la fondation. Les discussions ont également porté sur l’appui potentiel que pourraient apporter les prestigieuses institutions représentées dans cette délégation, tant sur le volet du financement que sur le volet de l’accompagnement visant à renforcer la visibilité de la fondation MAScIR sur le plan régional, notamment dans les domaines de la santé et de l’agriculture.


Par ailleurs, le communiqué indique que la délégation s’est particulièrement intéressée à la startup MOLDIAG, issue des travaux de recherche de MAScIR, et spécialisée dans la mise au point et la production de kits de diagnostics moléculaires, dont le kit de diagnostic de la Covid-19. Le Dr Maryam Bigdeli, représentante de l’OMS, a d’ailleurs fortement recommandé de préqualifier les kits MAScIR auprès de l’OMS.

Pour rappel, le centre de recherche MAScIR, ayant le statut de fondation, relève de l’Université Mohammed VI Polytechnique et a pour objet de promouvoir et de développer au Maroc des pôles de recherche et développement répondant aux besoins du pays en technologies avancées, notamment dans le secteur de la biologie médicale. La fondation MAScIR nourrit l’ambition de soutenir activement l’innovation au profit du tissu économique et industriel national et de contribuer ainsi à la sécurité énergétique, alimentaire et sanitaire du Maroc.

Mariama Ndoye / Les Inspirations Éco